Le pain à l'envers fait mon affaire

Pondu le 20 février 2008 - 14 commentaires

Je suis toujours à la recherche d’un bon sujet de note, et Aurélie, David et Albane m’en ont fourni un bien bon. Albane et Aurélie ne supportent pas de voir du pain à l’envers sur une table. Sauf qu’aucune d’elle n’a été en mesure de nous indiquer en quoi un bout de pain tout ce qu’il y a de plus inerte peut apporter malheur et déchéance sur un innocent convive un peu trop insouciant avec la disposition de sa nourriture.

La réponse n’est pas bien difficile à trouver, Internet regorge de sites tous plus sérieux les uns que les autres qu décrivent pourquoi le pain peut porter malheur. Pour parfaire mon enquete, je me suis également adressé à des sommités en la matière, des gens tellement sérieux que même les meilleures blagues sur les blondes ne les font pas esquisser l’ombre d’un sourire.

J’ai donc effectué des recherches poussées, et j’ai trouvé une référence dans un vieux site web du début du XIVè siècle à une histoire de bourreau, de diable et de boulanger.

Il semblerait qu’en 1552, dans la petite bourgade de Saint Thomon-sur-orge1, un fier artisan boulanger du nom de Thomas Sticaud vendit tout son stock de pain à des étrangers2. Il fut bien embêté lorsque le bourreau local, qui était d’exécution ce jour-là s’en vint quérir sa miche habituelle. Il faut dire qu’être exécuteur judiciaire à cette époque apportait des facilités dans les horaires, et que notre bourreau avait donc sommeillé jusque tard dans la matinée.

Scandalisé, le bourreau refusa de faire son office et se mit en grêve, annulant du même coup l’exécution de Jean dit le Benêt, ce qui permit un an plus tard la création du Parlement de Bretagne. Je présume que vous ne voyez pas bien quelle infâmie peut découler du Parlement de Bretagne, c’est bien compréhensible pour des béotiens comme vous. Mais sachez tout de même que c’est à cause de ce Parlement que les bretons vont nous casser les noisettes pendant les siècles suivants, jusqu’à aujourd’hui où ils continuent de gesticuler dans le vide en poussant des cris de singes, comme quoi la Bretagne c’est vachement bien et que les autres régions c’est du caca de panda. Du coup le boulanger Sticaud décida de garder systématiquement un pain de côté pour le donner au bourreau. Pour être sûr qu’il n’y toucherait pas, il prit l’habitude de le retourner.

Quand au diable, il paraît qu’il aurait passé ses vacances d’été dans le camping municipal de ce village à la même époque. L’intervention du démon dans cette affaire relève donc plus probablement d’un commérage de quartier.

Au fil des temps le commérage s’est transformé en légende : le diable serait attiré par le pain renversé des bourreaux et donc quiconque retourne son pain attire le malheur et la mort. A noter qu’une vieille histoire du Nord de la France raconte que le diable est attiré par les barreaux en pin, comme quoi le téléphone arabe s’applique à n’importe quoi.

En 1944, Hitler alors aux abois se tourne vers le paranormal et fait faire des études sur les phénomènes de malédiction. Les notes laissées par les scientifiques de l’époque sont totalement incompréhensibles étant donné ma faiblesse en linguistique germanique, mais on trouve la trace d’un bombardement le 3 mai 1944 à Londres où les habitants étonnés ont reçus sur la tête des tonnes de baguettes étant uniquement composées de dessous de pain, afin probablement d’attirer le malheur quelque soit la position où elles tombent. Il est fortement regrettable qu’à l’époque personne n’ait pensé à établir une statistique sur le degré de survie des victimes de ce bombardement.

Plus récemment le 7 janvier 1996, un président de la République fraichement sorti pose son pain à l’envers sur sa table. Il meurt le lendemain d’un cancer de la prostate3. Coïncidence ou lien réel ? Les spécialistes s’affrontent encore sur cette hypothèse bien que l’Académie des Sciences leur répète inlassablement qu’ils devraient se recentrer sur le seul vrai débat scientifique possible : qui de l’éléphant ou du rhinocéros est le plus balèze ?

J’ai également trouvé sur un autre site web une amusante compilation de malheurs possibles avec le pain :

– Poser le pain à l’envers fait pleurer la vierge (là je ne vois pas, c’est probablement un des secrets que Jean-Paul II a emporté avec lui)
– Poser le pain à l’envers fait souffrir les âmes au purgatoire (ce qui situerait le purgatoire sur la face supérieure du pain, le fait de le renverser provoque un écrasement des âmes qui y sont contenues)
– Poser le pain à l’envers provoque des naufrages (c’est particulièrement vrai dans le berry d’après ma vieille voisine)
– Poser le pain à l’envers le rend immangeable (à condition de le laisser comme ça pendant 2 mois, on oublie souvent de le préciser)
– La femme qui pose le pain sur le dos indique qu’elle travaille et gagne sa vie dans cette position (j’adore cette explication, c’est ma préférée. C’est d’ailleurs probablement pour ça qu’inconsciemment les filles détestent voir du pain à l’envers)
– Le pain posé à l’envers est réservé au bourreau et l’attire chez soi (oui bah c’est ce que je viens de vous exposer)
– Le pain posé à l’envers provoque la colique des enfants qui le mangent (fatalement ce qui est entré doit ressortir un jour)

Vous pouvez penser que cet exposé vous a comme d’habitude fait perdre votre temps, n’empêche que grâce à moi vous allez pouvoir briller en société lors des dîners. Et vous me remercierez, vous verrez.


  1. J’avais la flemme de rechercher un vrai village, aussi ne cherchez pas ce patelin sur la carte, vous perdriez un temps précieux. 

  2. Il est fait référence à des gens parlant un patois difficile que j’ai pu recouper avec la langue parlée par le village voisin, distant de 19km. 

  3. Je vous laisse deviner de quel président il s’agit… 

Je connais personnellement Chuck Norris, vite je commente !


L'appétit sexuel des chinois

Pondu le 30 octobre 2007 - 11 commentaires

Une fervente admiratrice1 m’a envoyé il y a quelques temps des idées de sujets pour mes notes. Parmis ceux-ci, un m’a particulièrement tapé dans l’oeil : la surpopulation en Chine dûe à l’accroissement de l’appétit sexuel chinois.

Aah, la Chine. Pays au gouvernement contesté mais devant lequel tout le monde ferme son claque-merde de peur de ne pouvoir s’y implanter économiquement. Ceci dit moi je n’ai pas de problème avec ce gouvernement, d’abord parce que ce n’est pas le mien, et ensuite parce qu’il est bien évident que gérer un milliard 300 millions de personnes ça n’a rien de facile. Les chefs chinois voudraient d’ailleurs limiter cette population à 1 milliard 400 millions pour 2020. Mais ils se heurtent dans leur plan démographique à un écueil de taille : le féroce appétit sexuel des chinois.

De tout temps, le chinois a toujours été un chaud lapin. Il existait déjà avant la naissance du petit Jésus des villes d’un demi-million d’habitants en Chine, alors que chez nous les gaulois, les gros patelins peinaient à dépasser les 15000 habitants. Preuve s’il en est que notre réputation est largement ursupée dès le départ par ces petits coquins de chinois.

Revenons maintenant à l’ère moderne : le gouvernement chinois, voyant que ses administrés faisaient peu de cas des méthodes de contraception, s’alarma quelque peu de la croissance démographique gallopante. Il fut donc mis en place une limitation stricte des naissances.

Les études indiquent que cette politique pourtant répressive n’a que peu d’effet, les chinois sont en effet incapables de réfréner leur libido. Les plus pornophiles d’entre vous n’auront pas manqué de remarquer le peu de films érotiques et porno en provenance de Chine. La raison en est simple : les films porno sont en majorité faits pour tenter de satisfaire les frustrations des petits occidentaux. Pas de frustration, pas de porno. Ce qui en dit long sur la sexualité débridée du chinois moyen2. De plus, les occidentaux considèrent facilement les chinois comme des pervers, notre inconscience collective s’étant bien rendue compte que malgré des productions audiovisuelles telles que Alerte à Malibu et Derrick, nous étions loin de pouvoir donner à notre libido l’envergure de celle des chinois.

Le gros problème du chinois mâle, c’est qu’il représente 51,5% de la population totale. Dit comme ça, ça fait pas beaucoup mais ça représente quand même 39 millions de bonhommes qui n’ont pas la possibilité de se trouver une femme, à moins de la voler dans les pays voisins. Et même si on enlève les homosexuels ça fait une sacré différence, d’autant que les riches chinois ont pour habitude d’entretenir quelques maîtresses en plus de leur épouse légitime. Un problème épineux pour la sexualité de nos amis chinois que ne résoud probablement pas la prostitution3, pourtant aussi bien implantée dans les villes que dans les campagnes. Le chinois mâle célibtaire n’a alors d’autre possibilité que « de se la mettre derrière l’oreille« , comme on dit par chez nous (ce qui est idiot comme expression, à part quelques phénomènes de foire personne n’arrive à exécuter littéralement cette prouesse. J’ai personnellement essayé, même avec une certaine souplesse c’est pas possible).

En résumé, bien que l’appétit sexuel du chinois soit indubitablement élevé, aucune étude sérieuse n’a pu établir que celui-ci avait augmenté au fil du temps. Les autorités chinoises contactées par votre serviteur ont répondu dans une langue dont celui-ci n’a pas compris un traitre mot. Du coup, impossible d’avoir leur avis sur la question. Par contre, j’espère que certains présidents de la République Française n’auront pas l’idée saugrenue de lire cette note, déjà qu’ils ont fort à faire avec leurs déboires conjuguaux, ils pourraient devenir jaloux des chinois et leur déclarer la guerre. Et vous je sais pas, mais moi me battre à 1 contre 21 ça ravive fortement mes pulsions de petit pleutre.


  1. Je pourrais vous dire qui c’est mais non. De toute façon elle reconnaîtra son sujet. 

  2. En réalité mon argumentation est largement pipeautée, d’une part parce que je n’ai aucune idée de la production réelle de la pornographie chinoise et d’autre part parce que les chinois ruraux (745 millions) n’ont pas trop accès aux moyens modernes de communication. 

  3. Bien qu’on estime que l’industrie du sexe chinoise, un bizness extrêmement rentable fasse vivre pas loin de 10 millions de personnes. 

Je trouve qu'on ne parle pas assez de poneys ici, vite je commente !