Un lourd secret révélé

Pondu le 30 avril 2007 - 11 commentaires

Il y a des secrets de famille qui sont lourds à garder. Tellement lourds qu’à un moment ils finissent par se retrouver dans une saga de l’été, ou bien un dimanche soir sur France 3. c’est une constante, on n’y peut rien.

Je vais donc vous parler de mon frère, sobrement appelé Frangin. Pourquoi donc je vous parle de lui : hé bien pour commencer parce que j’en ai envie, et ensuite parce que comme il n’a toujours pas Internet, pas de risque qu’il me lise1.

Frangin a un but dans la vie. Il veut devenir Maître du Monde. Certes, c’est assez banal, on en a tous un dans la famille qui veut faire son mariole. Sauf que là, Frangin avait des idées bien développées pour y arriver, notamment prendre le pouvoir à l’aide de ses dents. Le postulat de départ était que la dentiste lui avait dit : « ouuh, mais que vous avez de belles dents ! ». Tout fier, Frangin a aussitôt pensé à commercialiser un dentier fabriqué à partir de ses empreintes dentaires, ce qui lui aurait assuré richesse et soutien de la part des dirigeants du monde entier (qui sont les premiers concernés par une dentition parfaite, et une dentition tout court d’ailleurs). Petit à petit il aurait eu le monopole du dentier, puis il aurait imposé par ses soutiens que tout le monde porte un dentier, et à force il serait arrivé au sommet à coup de corruption, arrachage de dents et promesses au Colgate.

Ce rêve s’est malheureusement écroulé lorsque Frangin a appris qu’en fait il avait une dent pourrie.

Ne croyez pas pour autant que j’en sois attristé : après tout, le triste sort qu’il me réservait était d’importer une mine de sel à ciel ouvert en sibérie pour qu’y travaille. Un goulag rien que pour moi, m’a-t-il dit. Frangine, grande amatrice d’équitation, aurait été obligée de travailler dans une boucherie chevaline, ce qui aurait été très rigolo puisqu’à l’instar de ces écervelés amoureux du poney elle pense que manger du cheval c’est se préparer une damnation éternelle à coup sûr2. Quand aux Autorités Parentales (notez les majuscules respectueuses, car je suis un bon fils), elles auraient été exilées dans un paradis tropical où elles auraient eu à gérer une république bananière.

On ne sait jamais, des fois qu’un petit dictateur en puissance mais sans imagination nous lise, il pourra toujours embaucher Frangin comme conseiller spécial. Mais pour la partie où il est question de moi, il peut s’abstenir3.

 Note : Malgré les apparences, tout ce qui est narré ici est véridique.


  1. Je crois que quelque soit le fournisseur, quand il y a un problème de câblage c’est un peu la patate chaude, on tente de la refiler à son voisin pour s’en débarrasser. Sauf qu’en dégroupage total y a personne d’autre, alors le jeu consiste à faire pourrir la situation en attendant que le client excédé finisse par claquer la porte. 

  2. En même temps, elle m’a montré une revue de chevaux qui publiait une étude extrêmement douteuse disant que la viande chevaline était cancérigène. Comment voulez-vous que la jeunesse aille mieux si on lui bourre le mou de conneries, les rédacteurs de ce torchon devraient pourtant être conscients qu’ils ont des responsabilités envers leurs lecteurs. 

  3. En revanche, pour Frangine elle mérite de bosser dans une boucherie chevaline, ça lui fera les pieds. 

Je veux coucher avec Dric, vite je commente !


Mettez un chat dans une pièce…

Pondu le 4 mars 2007 - 9 commentaires

…Et il trouvera en 5 minutes le coin le plus confortable et sécurisé.

Je suis allé en France à Paris (qu’y-a-t’il d’autre que Paris en France d’après les parisiens ?) pendant cette semaine de congés, chez Frangin. Qui a la chance d’avoir une chérie qui cuisine super bien. Mais ce n’est pas le propos de cette note. Non, le sujet c’est Ikéa. Ce fantastique magasin suédois est une ode à la société de consommation : tout là-bas est fait pour que tu te sentes bien, que tu te détendes et que tu écarquilles grand tes mirettes sur les fantastiques produits aux noms totalement idiots qui pullulent le long d’un parcours mieux présenté que dans un musée du jouet.

Tout le génie de ces gens se concentre dans l’organisation de leur magasin. On déambule, on furète, on s’extasie sur le design séduisant des balais à chiotte1 et au détour de meubles de cuisine savamment disposés, on tombe carrément sur une cafétariat. Avec un menu pas trop mauvais en plus (dommage qu’il n’y ait que des sodas et pas de jus de fruits). Et ils font des nocturnes deux jours par semaine.

Ca, c’est le côté paillettes. Le côté obscur, c’est qu’on devient vite accro à toutes ces ingénieuses trouvailles. On se dit que c’est tellement bien foutu qu’il nous le faut. Et on ressort du magasin avec un grand sourire et un gros trou sur le compte en banque.

Je suis donc allé à Ikéa dans le but de fureter un peu et de trouver un sur-matelas pour pallier l’inconfort de la mousse de mon BZ. et je ressors avec une literie complète2 et un fauteuil. Et pas loin de 600€ en moins sur le compte en banque.

Et tout ça pour quoi ? Pour que ces fumiers de chat squattent sans vergogne cette débauche de mobilier moussu. C’est donc Grumeau qui gît pionce sur le fauteuil et Chaussette qui ronfle sur mon nouveau plumard. 5 minutes pour trouver le coin le plus confortable, pas plus. c’est rapide et efficace un chat.

Mon nouveau lit


  1. C’est faux en plus, leurs balais à chiotte sont super moches. Et quelqu’un pourrait-il me dire quel est le nom correct pour cet ustensile ? Parce que balai à chiottes, ça ruine mon argumentaire de par sa vulgarité. 

  2. Et en plus j’ai trouvé le moyen d’oublier de ramener le matelas sur Bourges, je ne l’aurais que quand mon frère ou Gabrielle redescendront par chez moi. Alors que c’était pour ça que j’étais venu à la base, c’est cruellement ironique non ? 

Je suis un fan de curling, vite je commente !


Suppositions cosmiques

Pondu le 28 février 2007 - 7 commentaires

Je suis allé faire un tour sur copainsdavant et j’ai fait une recherche sur mon nom pour voir. Je suis tombé sur un homonyme dont je connaissais l’existence puisqu’on allait chez la même orthodontiste quand on était petit (même si on ne s’est jamais croisés). Le gars en question habitait à 30-35 bornes de chez moi (à la louche, je vais quand même pas regarder sur mappy pour vérifier l’exactitude cette information, qui n’a pour seul but que de vous indiquer qu’on était pas loin l’un de l’autre). Mais là où c’est plus fort, c’est qu’il y a un autre gars à Romorantin qui est l’homonyme de Frangin.

Alors si ça se trouve, Ces deux-là sont de la même famille. Les implications d’une telle découverte sont extraordinaires ! Pas pour vous parce que vous vous en foutez probablement, mais rendez-vous compte un peu :

Si tout celà est vrai, il y a aurait deux couples de Gallard* qui auraient eu à quelques années près l’idée d’appeler leurs enfants avec les mêmes prénoms ! C’est pas fou ça ?

* Oui je sais, on ne devrait pas donner ce genre d’infos sur internet, mais à l’heure qu’il est, n’importe quel petit Sherlock Holmes à la manque est capable de retrouver n’importe quoi sur n’importe qui grâce à Internet. Et à part cette histoire de traffic d’organes** en provenance de l’est, je suis totalement clean, aucune raison d’être parano à cause de ça donc***.

** Non je déconne hein, n’envoyez pas la police fouiller chez moi, il risqueraient de tomber sur des trucs autrement plus louches.** (oui, je viens d’inventer l’astérisque qui boucle sur elle-même)

*** Il reste toujours la possibilité qu’un psychopathe se serve de ces infos pour me retrouver et me faire la peau, mais là ce serait vraiment pas de bol.

Je n'ai jamais lu un tel ramassis de conneries, vite je commente !