Nostalgie technologique

Pondu le 23 avril 2008 - 10 commentaires

Un minitel dans toute sa splendeurJe vais vous entretenir aujourd’hui du fleuron technologique français. Je ne parle bien sûr pas de la Citroën 2CV, mais du Minitel.

Le Minitel a été inventé par le Ministère des Postes et Télécommunications en 1980, alors que j’avais environ 0 ans.

La plupart des décideurs de l’époque ont déclaré que c’était complètement nul comme idée, et que ça sentait le caca de panda. Valéry Giscard d’Estaing alors Président de la République en vit un un jour au détour d’une machine à café et s’exclama : « Mais c’est top moumoute ce truc, j’en veux un ! ». Dès lors, l’ensemble de la classe politique ne cessa de s’extasier devant tant de prouesse technologique.

Pour ceux qui ont eu la chance de s’en servir un jour, le Minitel c’est avant tout des graphismes tout moches, une mélodie de connexion semblable à celle des modems 56k et inférieurs1 et une rapidité semblable au rythme effréné des productions télévisuelles allemandes telles que Derrick.

Bien vite le système fut détourné de son utilisation de base, ce fut le début des messageries roses et des premiers tchats.

Affiche superbe de service minitelMais il restait un écueil de taille pour les petits malins qui proposaient des services de dialogue en direct avec des filles pour le moins peu farouches (et qui étaient probablement en réalité des hommes laids et payés pour ça), la question du visuel. Vu la qualité des graphismes, impossible d’afficher des filles nues sur ce terminal. Julien Flanchet, responsable du service 3615 vienzy, déclara en 1983 : « Les photos de filles nues, faudra attendre l’an 2000 pour les avoir ! ». Ce en quoi il avait presque raison, même si le porno sur Internet a commencé bien avant. Les publicistes ont bien évidemment trouvé la solution, ils déportèrent les images suggestives et affriolantes sur les affiches publicitaires vantant les mérites des services de messagerie à caractère coquin. Ce qui permit aux jeunes de mon âge de se rincer l’œil aisément lorsqu’ils étaient coincés dans les bouchons à l’arrière de la voiture. Je ne les remercierai jamais assez pour leur courageux acte de débauche. Le Gouvernement en revanche finit par les remercier en les priant instamment mais un peu tardivement de ne pas exposer de viande fraîche à la vue de tout le monde.

On trouve d’ailleurs sur ce site un peu bizarre quelques exemples d’affiches du même genre : Photographies de 3615.

Superbe choix de couleursMais le Minitel, ce n’est pas que les messageries roses, c’est aussi des services comme les classements des ligues sportives, des portails administratifs, des annuaires à la pelle ! C’était le bon temps du mauvais goût colorimétrique à la Atchoumation.net, comme en témoigne la capture d’écran ci-contre.

Il faut noter quand même qu’il existe encore des services à la CPAM notamment accessibles seulement par Minitel. Comment Internet ? C’est quoi ce truc ?!


  1. Les plus jeunes d’entre nous n’auront jamais la chance d’écouter ce son si particulier qui entraînait un suspens insoutenable lors des (longues) connexions à Internet avant l’apparition de l’ADSL et du câble. Petits cons de jeunes. 

Je veux coucher avec Dric, vite je commente !


Parlons technique…

Pondu le 18 janvier 2008 - 11 commentaires

Vu le succès international de mon blog1, le changement de thème récent a provoqué une vaste vague vaseuse de protestations. Et où sont les chats (ils sont revenus), les couleurs sont moches (les anciennes l’étaient aussi), on veut la nature (sortez de chez vous et allez vous promener en forêt au lieu de lire ces âneries2 ), etc.

Alors d’abord, je vous signale le retour des images du titre du blog qui changent aléatoirement. Je n’ai pas envie de me cantonner aux images de nature donc il y aura de tout. Ensuite je voulais deux colonnes à droite, c’est la principale raison de ce changement hormis le fait que ce couillon de blog mettait des plombes à charger. C’est toujours le cas, mais on gagne au moins une seconde.

Ensuite, devrais-je mettre un fond clair sur une police foncée, comme c’est le cas ici, où bien l’inverse ? De quelle couleur dois-je mettre les liens ? Voulez-vous plus d’images de filles sexy et dénudées, moins de chats, plus de photos de mon frigo ou des seins d’Albane3, plus de sang, moins de Norbert dans les commentaires, moins de liens vers Atchoumation, plus de doré sur le lien du webmail de Frangin, des hommes tout nus, que j’insulte d’avantage les poneys,que je mette plus de rouge ou de bleu et moins de vert… ?

Comme dirait un kikoolol, « lach té koms ! »

Sinon j’ai toujours pas trouvé de nouvelle DricHouse, à croire que personne ne veut louer de maison dans le coin…


  1. Ce qui n’est pas entièrement faux étant donné que Floralia me lit de la Suisse, Norbert de l’Espagne et un que je ne connais pas du Canada (mais il vient pas souvent). 

  2. Je déconne hein, lisez-les quand même. 

  3. Message pour Albane : inutile de m’engueuler, j’ai rayé la mention à la partie de ton anatomie dont tu n’aime pas qu’on cause. 

Je n'ai jamais lu un tel ramassis de conneries, vite je commente !


Un gars globalement inoffensif

Pondu le 11 juillet 2007 - 10 commentaires

Il existe deux catégories de personnes sur Terre : ceux qui lisent mon blog, les autres, et ceux qui ne savent pas compter. Bref, je suis sûr que vous brûlez d’impatience d’en apprendre plus sur ma vie.

Je suis né à l’âge de 3 ans, ce qui peut paraître un peu tardif mais j’aime prendre mon temps. De plus ça m’a permis de savoir déjà marcher et parler dès la naissance,  ce qui est beaucoup plus classe que la plupart des bouts de viande braillards et plein de fuites qu’on voit d’habitude.

Tout petit déjà, je savais que j’étais voué à un destin extraordinairement commun et banal. Bien sûr il m’est arrivé des choses étranges, comme de découvrir qu’il était possible d’égarer un appareil dentaire dans un bus ou que la retransmission des débats de l’Assemblée Générale sont d’un ennui assez puissant. J’ai également agonisé pendant toute une journée dans la cour de mon école sous l’oeil indifférent d’à peu près tout ce qui possédait des yeux à cette époque. Finalement je ne m’en suis pas trop mal sorti dans la vie puisque je ne suis mort que 2 fois depuis ma naissance et à chaque fois je n’étais pas là, je n’ai donc pas trop souffert.

A 12 ans j’ai sauvé le monde des démarcheurs en assurances en inventant le massage cardiaque. L’année suivante, j’ai découvert l’eau chaude et tout de suite après l’eau froide. A 15 ans, alors que j’allais remettre en cause le principe de la roue qui me semblait être totalement bidon, j’ai pu tout à coup écrire mon prénom correctement. L’emsemble de mon quartier s’est alors rassemblé pour chanter mes louanges avant de me jeter des petits cailloux1.

Arrivé au lycée je me suis plongé à bras ouverts dans la cocaïne. C’est ainsi que j’ai pu entamer ma carrière de chanteur de variété, enchaînant les plateaux célèbres comme Taratatouf, La Chance aux Poivrots, Star Ratélbustuvaêtrenrtard, et diverses autres émissions politiques de fin de soirée. Les filles se jetaient sur moi pour me faire taire, je chantais devant des salles vides, on me jetait des tomates, c’était vraiment la belle vie.

J’ai passé mon bac avec succès sur un coup de bluff en 1998, prétextant un coma et une jambe de bois pour sauter la plupart des épreuves. Aux oraux j’ai pris la sage précaution de manger les 10 aliments qui donnent l’haleine la plus fétide du monde, ce qui m’a permis de battre le record de la plus haute note en 20 secondes de temps de passage.

Arrivé en BTS d’informatique, j’ai découvert le monde fascinant des stages minables, devant chaque semaine passer une journée en entreprise à faire des boîtes en carton ou classer des dossiers avant que mes professeurs, sages réserves ambulantes d’un savoir incommensurable me remettent dans le droit chemin, ce qui m’a permis de développer dans mon garage un petit logiciel appelé Fenêtres, que j’ai depuis revendu à un américain2 dont plus personne n’a entendu parler. J’ai eu môn diplôme facilement, le recevant par la poste avec la mention « Ne revenez plus, merci. ».

En 2001, suite à un internement en hôpital psychiatrique j’ai provoqué le suicide de 12 médecins. Le directeur enchanté m’a donc embauché en tant qu’informaticien, me donnant en sous-main la permission de tuer des gens devenus encombrants pour cause de surcharge pondérale.

Un autre jour je vous raconterai l’histoire grotesque de Chaussette le Chat, pour l’instant je dois découvrir ce qui allume la lumière dans mon bureau.


  1. Quand je raconte cette anecdote, les gens sont toujours horrifiés. Pourtant il n’y a pas de quoi, c’était des tout petits cailloux qui ne faisaient même pas mal. Enfin presque pas. 

  2. Quel gros naïf ce ricain, ça valait que dalle ce truc. En revanche ma version n’était pas bugguée, elle. 

Je suis un fan de curling, vite je commente !


Un village qu'il est bien

Pondu le 21 février 2007 - 9 commentaires

En cherchant des photos de nature pour le blog, je suis tombé sur hébus.com. Et en bas de chaque page, on trouve des photos de jeunes filles célibataires pour faire des rencontres. Jusque là, rien d’anormal. En revanche, en regardant bien dans quel coin elles se trouvaient, j’en ai vu plein qui habitaient dans l’indre (c’est le département d’à côté). Et la plupart venaient d’un patelin nommé Pruniers.

Diantre, me dis-je en mon for intérieur. Que peut-il se passer à Pruniers pour qu’autant de jeunes femmes célibataires mettent leur annonce sur Internet. Pris d’un doute, j’investigue (ça se dit ?) et je tape Pruniers Indre dans mon ami Google. Et voilà sur quoi je tombe : Pruniers sur le Quid. La page affichée est en elle-même d’un désintérèt total, en revanche le nombre d’habitants est nettement plus en rapport avec notre affaire : 423 péquins !

Alors voilà : Si on se réfère à ces preuves, il y a dans l’Indre un petit village qui est entièrement habité par des femmes célibataires, qui ont toutes internet et qui ont posté leur annonce sur le même site de rencontre.*

Ce qui induit que l’exode rural constaté en région Centre est dû majoritairement aux hommes, qui délaissent leurs femmes et leurs filles pour aller s’abrutir d’alcool dans les grandes villes avec des « hôtesses » courtement vêtues venues de l’est, faisant baisser du même coup la natalité en France faute d’activité sexuelle suffisante en rase campagne.

Je m’adresse donc avec toute la solennellité dont je peux faire preuve aux hommes célibataires entassés en région parisienne et dans les grands centres urbains pour leur demander de quitter leur lieu de vie sordide et d’ aller s’enterrer à la campagne, où les attendent des soirées de débauche et de bals campagnards.

*Il y a toute fois une possibilité non-négligeable que le serveur de pub se serve de la géolocalisation par IP de mon poste pour déterminer dans quel coin je suis. Comme mon accès est un peu spécial, ce bougre croit que j’habite dans l’Indre (il aurait pu me mettre à Pékin ou Moscou, ce qui eut été plus dépaysant mais totalement à côté de la plaque). Ce bon vieux moteur de pub découvre alors qu’il y a des villes dans l’Indre, bien sûr ses concepteurs ne se sont pas embêtés à lui filer tous les patelins de France, il n’ en possède donc qu’une poignée à qui il distribue aléatoirement des annonces de jeunes femmes qui sont peut-être mariées depuis des années maintenant. Elles habitent probablement la région parisienne et se remplissent quotidiennement les poumons des déjections gazeuses de nos indispensables véhicules motorisés.

Je veux payer moins d'impôts, vite je commente !


Parce que je n'ai rien à dire…

Pondu le 20 février 2007 - 6 commentaires

…Mais que j’aime y mettre les formes, je change de thème pour un truc moins foncé.

Ce changement de peau me semble tout à fait approprié pour vous causer d’un truc qui n’a vraiment aucun rapport : la mystérieuse migration des stylos en milieu bural. Tous ceux qui travaillent dans des bureaux reconnaîtront là un syndrôme souvent vérifié mais jamais prouvé scientifiquement que nous allons exposer ci-après :

Procurez-vous un stylo (volez-en un à votre voisin au pire) et posez-le sur votre bureau. L’ustensile n’a même pas besoin d’être en évidence. Laissez-le tranquille pendant 2-3 jours (le temps peut varier suivant le nombre de personnes susceptibles d’interagir avec votre bureau) et tentez de le retrouver.

Fichtre, l’ennuyeux objet a disparu* ! A priori, les stylos sont inanimés, ils ne peuvent donc pas s’enfuir tout seuls. Faites le tour de vos collègues, ils jureront n’a voir jamais eu connaissance de ce stylo, et nieront toute implication dans son éventuel rapt. Mais où donc a bien pu passer votre stylo ?

J’avais émis l’hypothèse dans mon histoire de lutins débiles que les stylos traversaient un portail interdimensionnel, disparaissant ainsi de la vue des humains que nous sommes. Mais bon, ça reste de la fiction. Peut-être vos collègues mentent-ils ; après tout, n’avez-vous pas à maintes reprises emprunté un stylo dans un bureau voisin, stylo que vous aurez emmené sans faire attention et qui traîne désormais on ne sait où. Vous faites donc le tour du bâtiment tel un limier à la poursuite d’un malfrat dont la sudation abondante fait une piste remarquable pour ces chiens dont le flair est exceptionnel. Pas de stylo. Rien, que dalle. Vous abandonnez, la mine basse. Vous allez vous consoler avec un vieux crayon de papier machouillé que vous avez laissé dans le fond d’un tiroir (ou pire, avec les stylos de couleur verte dont personne ne veut), mais ce n’est pas pareil.

3 mois plus tard, vous soulevez un papier pour récupérer un post-it qui vient de glisser sournoisement dessous quand vous le voyez : le stylo, votre stylo ! Toute à la joie d’avoir retrouvé un si bon compagnon (bien qu’un peu ingrat, il faut le reconnaître), vous mettez un moment à percuter que le papier, tout cachotier qu’il est d’avoir dissimulé votre précieux moyen d’écriture, n’est arrivé sur les lieux qu’avant-hier à la faveur de la distribution du courier. Alors où était donc passé ce foutu stylo durant tout ce temps ?**

Des centaines de scientifiques de par le monde se sont penchés sur cette énigme. Sans succès. Certains parmis les plus farfelus (mais aussi les plus sages) ont avancé l’idée en 1987 (à plus ou moins 10 ans près) que les stylos échappaient naturellement aux lois de l’univers, ce qui leur permettrait de temps en temps de gruger l’espace-temps pour s’y dissimuler. Toutes les tentatives de reproduction du phénomène en laboratoire clos ont lamentablement échouées, et pourtant des millions de personnes en sont victimes chaque année, beaucoup plus donc que les enlèvements par des extra-terrestres sodomites. A ce jour, personne n’a de réponse cohérente et les théories s’affrontent.

Cette note est un hommage à Badablam.net.

* La disparition n’est pas systématique. Selon votre indice karmique et le poids du capitaine en phase ascendante, il se peut que vous ayez la chance de retrouver votre stylo, bluffant d’inertie et d’immobilisme.

** Ne demandez pas au stylo, il ne vous le dira pas et vous passerez pour un dingue auprès de vos collègues.

Mise à jour :  Valérie qui s’était déjà penchée sur la question a émis l’hypothèse que les stylos pouvaient avoir une conscience de groupe, car elle les retrouve généralement en grappe. De ce que j’en sais, ça expliquerait que personne n’ait jamais de stylo au moment où on en a le plus besoin. De plus, elle pense que les ciseaux ou les agrapheuses ne sont pas innocentes dans cette affaire, puisqu’à son travail ils perdent 1,3 paire de ciseaux par an et par employé***. Ce qui est somme toute considérable, moi je suis propriétaire de mes ciseaux depuis maintenant 4 ans, et autant pour mon agrapheuse, sans que ceux-ci n’aient jamais manifesté la moindre vélléité de me quitter sournoisement.

*** Je ne me souviens plus des chiffres, j’ai mis au pif.

Je parle souvent pour ne rien dire, vite je commente !