Je colle à l'actualité comme une mouche sur un poney

Pondu le 12 juin 2008 - 4 commentaires

Bernard ThibaultJ’avoue, j’ai cédé à la facilité et aux mélodies chantantes de l’actualité. Car aujourd’hui nous allons parler de Bernard Thibault, chef de la CGT.

Bernard est avant tout un cliché du syndicalisme à lui tout seul : ex-cheminot, ex-communiste, un look ignoble, il a tout pour plaire aux employés mécontents. Il s’est d’ailleurs servi de tout ça pour rester à la tête de la CGT alors que même sa mère a déclaré : « Nanard ? S’il avait eu un vrai travail ça fait longtemps qu’il se serait déjà fait virer ! ». Un tel amour maternel, ça force le respect.

Mais Bernard est à la une des journaux aujourd’hui : de sinistres individus ont forcé son garage pour introduire dans son véhicule de fonction un truc éléctronique. Ca, ce sont les faits tout bruts.

Il y a deux questions qui viennent tout de suite : qui ? Et pourquoi ?

J’ai donc établi une petite liste de tous ceux qui auraient pu commettre ce méfait :

– C’est un coup du gouvernement. Alors vous allez rétorquer oui, mais ces gars-là c’est pas des amateurs, on aurait pas vu l’effraction et tout. Sauf que comme l’Etat essaie de réduire son budget, il ont probablement confié cette mission à un stagiaire boutonneux même pas payé et comptable de formation.

– C’est un coup de l’Association Française des Coiffeurs, qui ne comprend pas pourquoi Bernard refuse de faire appel à leurs services. Ils avaient déjà tenté d’infiltrer la SNCF grâce à leur dernière campagne de pub pour approcher d’anciens collègues de Bernard, sans succès.

– C’est un coup de Robert Hue, qui ne lui a jamais pardonné d’avoir quitté le parti communiste en emportant la machine à café, même si c’était bien Bernard Thibault qui l’avait achetée. Les circonstances du départ de Bernard ont d’ailleurs toujours été louches. Une source proche du milieu m’a même affirmé que ce départ soudain était dû à une dispute des deux hommes concernant le choix d’un programme télévisé le soir du réveillon du 31 décembre 1998.

– C’est une erreur d’un détective privé qui voulait en fait surveiller les agissements du voisin de Bernard. Lequel voisin est fortement soupçonné, et à raison, d’adultère avec sa coiffeuse. A l’heure actuelle Mme Michaud (la voisine) a demandé le divorce.

– C’est Bernard lui-même, pour se faire un bon coup de pub étant donné que son syndicat ne va pas bien fort en ce moment.

– C’est moi, juste pour avoir de quoi faire une note. Les bons sujets se font rares de nos jours…

On pourait s’apitoyer un peu, le pauvre Bernard il a subi un traumatisme, il n’est pas en sécurité, tout ça.

Mais bon, ce garçon roule quand même dans une Citroën C6 de fonction1 à priori. Ca lui fait un sacré coup de pub, et comme il économise aussi le coiffeur il a de quoi vivre. Alors ne le plaignons pas trop voulez-vous ?


Note pour les lecteurs de flux RSS : J’ai changé mon thème, l’ancien avait beaucoup trop l’air d’être honteusement pompé sur mon concurrent direct badablam.net.


  1. pour ceux qui se demandent à quoi ça ressemble,  c’est la berline haut de gamme de Citroën. 

Je suis une blonde, vite je commente !


L'appétit sexuel des chinois

Pondu le 30 octobre 2007 - 11 commentaires

Une fervente admiratrice1 m’a envoyé il y a quelques temps des idées de sujets pour mes notes. Parmis ceux-ci, un m’a particulièrement tapé dans l’oeil : la surpopulation en Chine dûe à l’accroissement de l’appétit sexuel chinois.

Aah, la Chine. Pays au gouvernement contesté mais devant lequel tout le monde ferme son claque-merde de peur de ne pouvoir s’y implanter économiquement. Ceci dit moi je n’ai pas de problème avec ce gouvernement, d’abord parce que ce n’est pas le mien, et ensuite parce qu’il est bien évident que gérer un milliard 300 millions de personnes ça n’a rien de facile. Les chefs chinois voudraient d’ailleurs limiter cette population à 1 milliard 400 millions pour 2020. Mais ils se heurtent dans leur plan démographique à un écueil de taille : le féroce appétit sexuel des chinois.

De tout temps, le chinois a toujours été un chaud lapin. Il existait déjà avant la naissance du petit Jésus des villes d’un demi-million d’habitants en Chine, alors que chez nous les gaulois, les gros patelins peinaient à dépasser les 15000 habitants. Preuve s’il en est que notre réputation est largement ursupée dès le départ par ces petits coquins de chinois.

Revenons maintenant à l’ère moderne : le gouvernement chinois, voyant que ses administrés faisaient peu de cas des méthodes de contraception, s’alarma quelque peu de la croissance démographique gallopante. Il fut donc mis en place une limitation stricte des naissances.

Les études indiquent que cette politique pourtant répressive n’a que peu d’effet, les chinois sont en effet incapables de réfréner leur libido. Les plus pornophiles d’entre vous n’auront pas manqué de remarquer le peu de films érotiques et porno en provenance de Chine. La raison en est simple : les films porno sont en majorité faits pour tenter de satisfaire les frustrations des petits occidentaux. Pas de frustration, pas de porno. Ce qui en dit long sur la sexualité débridée du chinois moyen2. De plus, les occidentaux considèrent facilement les chinois comme des pervers, notre inconscience collective s’étant bien rendue compte que malgré des productions audiovisuelles telles que Alerte à Malibu et Derrick, nous étions loin de pouvoir donner à notre libido l’envergure de celle des chinois.

Le gros problème du chinois mâle, c’est qu’il représente 51,5% de la population totale. Dit comme ça, ça fait pas beaucoup mais ça représente quand même 39 millions de bonhommes qui n’ont pas la possibilité de se trouver une femme, à moins de la voler dans les pays voisins. Et même si on enlève les homosexuels ça fait une sacré différence, d’autant que les riches chinois ont pour habitude d’entretenir quelques maîtresses en plus de leur épouse légitime. Un problème épineux pour la sexualité de nos amis chinois que ne résoud probablement pas la prostitution3, pourtant aussi bien implantée dans les villes que dans les campagnes. Le chinois mâle célibtaire n’a alors d’autre possibilité que « de se la mettre derrière l’oreille« , comme on dit par chez nous (ce qui est idiot comme expression, à part quelques phénomènes de foire personne n’arrive à exécuter littéralement cette prouesse. J’ai personnellement essayé, même avec une certaine souplesse c’est pas possible).

En résumé, bien que l’appétit sexuel du chinois soit indubitablement élevé, aucune étude sérieuse n’a pu établir que celui-ci avait augmenté au fil du temps. Les autorités chinoises contactées par votre serviteur ont répondu dans une langue dont celui-ci n’a pas compris un traitre mot. Du coup, impossible d’avoir leur avis sur la question. Par contre, j’espère que certains présidents de la République Française n’auront pas l’idée saugrenue de lire cette note, déjà qu’ils ont fort à faire avec leurs déboires conjuguaux, ils pourraient devenir jaloux des chinois et leur déclarer la guerre. Et vous je sais pas, mais moi me battre à 1 contre 21 ça ravive fortement mes pulsions de petit pleutre.


  1. Je pourrais vous dire qui c’est mais non. De toute façon elle reconnaîtra son sujet. 

  2. En réalité mon argumentation est largement pipeautée, d’une part parce que je n’ai aucune idée de la production réelle de la pornographie chinoise et d’autre part parce que les chinois ruraux (745 millions) n’ont pas trop accès aux moyens modernes de communication. 

  3. Bien qu’on estime que l’industrie du sexe chinoise, un bizness extrêmement rentable fasse vivre pas loin de 10 millions de personnes. 

Je veux coucher avec Dric, vite je commente !


J'ai donné mon sang

Pondu le 13 septembre 2007 - 24 commentaires

Après un spam intensif qui a dépassé de loin celui d’Atchoum pour son site, une certaine personne m’a traîné pour aller donner mon sang hier. Bien évidemment je n’étais pas super consentant, et je passerai donc sur le spectacle pathétique que j’ai offert : les gens ont pu voir un type de 27 ans se rouler par terre en pleurnichant qu’il ne voulait pas y aller et qu’il allait mourir et qu’il avait un mot de sa maman et qu’il avait justement un cours de poney et que ce serait dommage de le rater.

Nous sommes finalement arrivé au camion, qui affichait fièrement sur un des côtés « Boucherie Sanzot »1. Il faut reconnaître que tout était très bien organisé, on nous a remis des questionnaires dont voici un extrait :

  • Avez-vous mangé ou bu des choses pas bonnes pour votre organisme ces deux derniers jours ?
  • Pensez-vous qu’un président peut n’être qu’un nabot cocu ?
  • Avez-vous participé à une partouze ces quatre derniers mois ?
  • Si oui, avec seulement des humains ?
  • Êtes-vous illettré, auquel cas vous avez probablement répondu au pif sur les questions précédentes ?
  • Changez-vous régulièrement de partenaire sexuel ?2 ?
  • Êtes-vous intéressé par la vente d’un de vos reins ?

Après avoir remis le questionnaire à une vieille dame qui grommelait en continu en bavant un peu, on nous a fait entrer dans le camion, plus exactement on nous y a tassé à une vingtaine de personnes dans un espace clos et non aéré de 6m². On a attendu pendant 2h et 45 minutes, puis la porte donnant accès à l’autre partie du camion s’est enfin ouverte. Moi si j’ai un conseil à donner aux organisateurs de ce foutoir, ce serait d’éviter une telle attente, il y a cinq personnes qui se sont évanouies et elles ont été piétinées par les autres, quel gâchis !

La partie pour prendre le sang était donc carrelée en blanc du sol au plafond, mais visiblement le personnel n’était pas fan de nettoyage, il restait beaucoup de sang sommairement essuyé avec un chiffon crasseux sur les murs. On nous a trié par ordre de contenance, car les dons du sang se font au prorata de notre volume corporel : on prend beaucoup plus de sang à un gros grand qu’à un nabot tout chétif.

Pour surfer sur la vague biologique et alter-mondialiste, on n’emploie pas d’aiguilles : ce sont des chauve-souris qui sont chargées de pomper le sang, on les place sur le bras ou dans le cou, elles vous mordent et elles aspirent goulûment votre précieux liquide rouge. Pour les enfants en bas âge, on emploie plutôt des sangsues. Une fois la chauve-souris pleine, un garçon boucher vient l’attraper et la presse au dessus d’un bidon pour lui faire recracher tout le sang qu’elle a gobé. Puis il la laisse se reposer et il en fixe une autre sur vous. En général les employés sont plutôt cool, alors que leur direction leur impose de pomper quatre litres et demi, ils s’arrêtent à quatre si vous leur donnez votre portefeuille.

La dernière fournée de chauve souris sert à remplir des petites éprouvettes dans le but de faire des tests sur votre sang. Ce qui ne sert pas à grand chose à mon avis puisque les précédentes suscions sont déjà mélangées avec le sang de tout le monde. D’ailleurs ça a l’air d’être du pipeau ces histoires de A, B, AB et O, ils ne s’embêtaient pas avec ça dans le camion. Les tests sont extrêmement courts : ils font réchauffer un peu le sang, ils le regardent à la lumière et ils le goûtent. On peut aussi boire un peu de notre propre sang en cocktail à condition de signer le formulaire de don d’organes. Personnellement, j’ai pas très confiance dans le don d’organe de mon vivant, même si j’ai deux poumons et deux yeux, je ne suis pas sûr que ça fonctionne très bien si on m’en prélève un de chaque, surtout qu’ils le font à l’arrache et sans anesthésie.

Finalement on a pu ressortir vers minuit, et on s’est fait agressé en rentrant à la voiture par de jeunes cadres héroïnomanes en manque. Coup de bol les infirmiers m’avaient déjà piqué mes affaires, j’ai donc juste été tabassé.

Le don du sang c’est nul, on m’avait dit qu’on pouvait y manger et tout ce que j’ai mangé c’est des poings dans le faciès. En conclusion si j’avais un conseil à vous donner, c’est « n’y allez pas, c’est nul. ». Vous êtes prévenu.

Et paf, encore un message secret pour vous insulter, bande de gaufres.

Note : Bien évidemment, tout ce qui est marqué ci-dessus est un ramassis d’âneries. Donnez votre sang, ça fait pas mal et ça fait même pas peur. Pourtant j’ai pas un amour particulier pour les aiguilles mais tout s’est bien passé et les gens sont très sympa là-bas. Et on peut manger autant qu’on veut en plus.


  1. Je vous laisse faire une recherche sur ce nom, les amateurs de BD l’auront de toute façon reconnu. 

  2. J’ai interrogé le médecin (qui était une femme à l’accent de l’est) à ce sujet, elle a dit que ces trucs-là c’était comme les sous-vêtements, fallait en changer de temps en temps. 

Je veux payer moins d'impôts, vite je commente !


Le taf contre-attaque

Pondu le 15 août 2007 - 11 commentaires

J’ai bien étudié la question, et il n’est matériellement pas possible d’être en vacances toute l’année sans être soit très riche, soit très pauvre (et tant qu’à faire, je préfère encore ne pas faire le touriste à l’année et ne pas me situer dans la deuxième catégorie). J’avais trois semaines de congés durement gagnés qui ont filé plus vite qu’un chat qu’on arrose.

C’est donc la mine basse que j’ai repris lundi le chemin du boulot. Ce n’est qu’en descendant de ma voiture que je me suis rendu compte qu’en fait de voiture, la mienne était toute seule sur le parking. Interloqué, j’ai vérifié la date1, mais on n’était pas du tout dimanche.

A cet instant, je me suis dit qu’ils étaient tous partis en vacances et que j’aurais la paix. J’ai failli avoir raison, j’ai juste déchanté lorsque j’ai ouvert mes mails, le nombre de messages non-lus de trucs à faire dépassait largement le nombre de partisans de la peine de mort au Texas2. Ca aurait pu être un cas parfait d’ascenseur émotionnel, mais un lundi de retour de vacances il m’est impossible de ressentir quoi que ce soit à part une légère nostalgie et une immense lassitude.

Mardi c’était pas mieux, j’avais encore moins envie de bosser. Heureusement, j’avais aussi moins de trucs à faire. Et c’est là, au détour d’un dépannage à distance au téléphone ayant failli tourner au drame3 que j’ai compris le sens de l’histoire de l’humanité : les grands héros, personnages bons ou méchants de notre espèce ont tous invariablement choisi de faire des grandes choses à leur retour de vacances. Si vous ne me croyez pas vous n’avez qu’à regarder dans le Poney Magazine de juin 96, ils ont fait 30 ans de recherche (soit autant que pour le Nutella, si c’est pas un signe de sérieux ça) pour arriver à la même conclusion que moi (sauf que moi ça m’a pris seulement 10 minutes – aimer les chevaux diminue vos facultés mentales, on ne le dira jamais assez).

J’en étais donc là, près à bondir de mon siège pour voler à la rencontre du destin monumental et glorieux qui me tendait les bras. L’intensité du moment était semblable à celle qu’on ressent lorsqu’on est sur le point d’écraser le moustique qui nous a pourri la vie toute la nuit. Mais le coquin de sort a fait qu’il était l’heure d’aller manger, et on ne rigole pas avec la bouffe. Bon appétit bien sûr4.


  1. Il n’est pas impossible qu’à un moment dans ma vie je me trompe de jour, je sais que j’en suis capable. Du coup il m’arrive assez régulièrement et avec une pointe d’angoisse de vérifier quel jour je suis. 

  2. Soit la totalité des habitants du Texas sauf les condamnés eux-mêmes, et encore certains pensent que tous les autres devraient être exécutés sauf eux. 

  3. Je pourrais vous détailler tout ça mais c’est vraiment pas intéressant. 

  4. A ce propos, sir vous allez fureter ici vous verrez les faciès les plus vilains du monde, à croire que France 3 n’aime vraiment pas cette émission et qu’elle veut la torpiller en sous-main par le biais d’une présentation hideuse des présentateurs. 

On est bien sur skyblog ici ? Vite, je commente !


Politique et dentition

Pondu le 9 mai 2007 - 31 commentaires

Je suis sage. Extrêmement sage.

Mais je vais l’être encore plus dans quelques temps, grâce à ma quatrième troisième dent de sagesse. Celle qui pousse en bas à gauche.

Il est curieux qu’on nomme ces 3èmes molaires les « dents de sagesse ». A bien y penser, c’est même stupide. Avoir un chicot qui pousse, c’est l’assurance d’être grincheux, agressif et irritable. 3 traits de caractère qui se retrouvent chez la plupart des gens mais qui ne correspondent pas vraiment à la sagesse1. Pour une fois lecteur, tu vas réfléchir un peu. Je me permets de te tutoyer parce que de toute façon, les seules personnes qui lisent ce blog sont des gens que je tutoie déjà. Donc lecteur, tu as trois secondes pour me trouver une personne de ton entourage ou pas qui réunit les symptômes de la pousse du chicot de sagesse. Ah lecteur, je te vois, tu penses à quelqu’un ! Oh, tu vois encore une personne qui correspond, et… encore une, et une autre ! Tu es entouré de chicoteurs ma parole…

Et bien figures-toi que les gens qui ont mal bénéficient automatiquement d’une indulgence caractérisée, les gens apitoyés passent volontiers l’éponge sur les frasques du petit souffreteux. Tu te demandes où je veux en venir n’est-ce pas ?

Je ne sais pas si tu es au courant, mais il y a eu des élections présidentielles récemment. Si si, même que les français ont voté à une confortable majorité pour un petit homme irritable, agressif et grincheux, même s’il tente maladroitement de le cacher. Tu t’es beaucoup demandé pourquoi la majorité silencieuse avait voté pour cet individu, ton incompréhension est un abîme semblable à la place de la culture sur TF1 (ouh ça balance là, c’est décidément une note très engagée), et bien tu as la réponse : les gens ont cru qu’il avait une dent de sagesse en pleine croissance, ils ont eu pitié et ils ont voté pour lui. Je te l’avais dit, les gens sont rarement sages.

Mais tu es rusé2, petit lecteur averti ; tu te dis qu’il y a quand même des gens qui ont dû trouver bizarre qu’un type de 52 ans ait un tel retard dentaire que ses 3èmes molaires ne soient pas encore sorties ou arrachées amoureusement par un chirurgien-boucher-dentiste. Et bien voilà si tu as bien lu cette note tu sais que la plupart des gens sont eux aussi irritables, grincheux et agressifs. Ils ont donc voté pour le candidat dans lequel ils se retrouvaient le plus.

En fait c’est nul de te tutoyer, lecteur. On est là pour parler de moi, pas de toi. Et en l’occurence, je vais avoir un nouveau chicot en bas à gauche. Et je serais super sage.

Edit du serpent déplumé : En vérité je suis piteux. Car je me suis bien observé les chicots ce matin, ma dent de sagesse en bas à droite n’est pas poussée non plus. donc je ne suis pas au summum de la sagesse. Dommage.


  1. De là à dire que la plupart des gens sont loins d’être sages, il n’y a qu’un tout petit pas (de danse) que je franchis allègrement (d’un entrechat enjoué). Les gens sont cons et stupides, et c’est très bien comme ça. 

  2. Tu as remarqué que si tu es lectrice, je ne t’accorde même pas au féminin. C’est tragique mais les statistiques jouent en ta défaveur, la majorité des lecteurs de ce blog sont des mâles. 

Je veux payer moins d'impôts, vite je commente !